I never hear the bad news

Archive for mars 2009

All you want to do is be a part of the fire

leave a comment »

Le retour discographique de Bill Callahan, Sometimes I Wish I Were An Eagle, est prévu pour le 14 avril, une nouvelle fois chez Drag City. Si on ne peut qu’espérer que celui-ci redresse la barre d’une carrière post-Smog mal engagée, le premier titre extrait du disque, Eid Ma Clack Shaw (!?) se veut rassurant sur l’état de forme de ce bon vieux Bill.

Mp3 : Bill Callahan – Eid Ma Clack Shaw

Pour patienter, voilà un concert enregistré au ATP Festival australien de janvier dernier, avec, dans le rôle des guest stars, Mike Turner et Jim White, soit The Tren Brothers ou encore les deux-tiers du Dirty Three. Abandonnant les vieilleries (seul Cold Blooded Old Times aura résisté) , Callahan se concentre sur son magnifique A River Ain’t Too Much To Love et Woke On A Whaleheart.  Accompagnées par les deux célestes australiens, les chansons prennent une nouvelle dimension et nous font ardement saliver : après avoir singé The Greatest de Cat Power sur Woke On A Whaleheart, on se prend à rêver du jour où Bill Callahan nous offrira son Moon Pix.

Setlist :

01 Vessel In Vain (A River Ain’t Too Much To Love)

02 Our Anniversary (Supper)

03 Diamond Dancer (Woke On A Whaleheart)

04 Sycamore (Woke On A Whaleheart)

05 Cold Blooded Old Times (Knock Knock)

06 Rock Bottom Riser (A River Ain’t Too Much To Love)

07  In The Pines (A River Ain’t Too Much To Love)

08 Let Me See The Colts (A River Ain’t Too Much To Love)

Live : Bill Callahan – Mount Buller 09.01.2009

Les trois même jouant Say Valley Maker, le grand absent de la setlist d’ATP :

Publicités

Written by grampish

2009/03/27 at 17:18

Publié dans Musique

Tagged with , , ,

We don’t think we’re special sir, we know everybody is

leave a comment »

The Body, The Blood, The Machine m’a mis une telle claque que je pensais ne pas m’en relever de sitôt. Le nouvel album des Thermals, Now We Can See, est finalement la meilleure antidote à cet enchainement de tubes imparables. Porté par un single pourtant acrocheur, Now We Can See, le groupe (toujours réduit à l’état de duo en studio) a voulu calmer un peu le jeu, comme pour mieux nous ménager. Ce qui n’empêche pas qu’on tombera une nouvelle fois dans la combine, et avec le sourire. Maîtrisant sa pop punk-rock sur le bout des doigts, Hutch Harris et Kathy Foster livrent un disque certes moins immédiat que son gigantesque prédécesseur, mais qui risque fort de ne pas laisser indifférent, à l’image par exemple, du superbe At The Bottom Of The Sea. The Thermals ? « It’s not what I want, it’s what I need ».

Album : The Thermals – Now We Can See

Impossible de parler de ce groupe sans vous faire profiter de l’hilarante vidéo du devastateur Returning To The Fold, tiré de The Body, The Blood, The Machine :

La même, mais sur un toit :

Written by grampish

2009/03/19 at 17:13

Publié dans Musique

Tagged with

When you call me I won’t be home…

leave a comment »

En tombant par hasard sur une magnifique vidéo de The New Year (je ne m’en lasse pas), le crépusculaire The End’s Not Near, joué lors de la dernière tournée européenne du groupe, à Utrecht, Belanov s’est rappelé à ma (bonne) mémoire. La première partie ce soir-là assume tout au long de son premier album, Paragraph, des inspirations pas très éloignées de celles des frères Kadane. Une belle révélation où l’on croise guitares feutrées et toujours classes, voix blanche et section rythmique minimale. Belanov en impose, en douceur.

l_d8aaa4c5c04445f0b1eb3d8884f67bac1

Album : Belanov – Paragraph

Les vidéos du concert à Utrecht :

BelanovUntitled

The New YearThe End’s Not Near

Written by grampish

2009/03/19 at 16:26

Publié dans Musique

Tagged with ,