I never hear the bad news

Archive for the ‘Musique’ Category

All America asks is for you to mow the grass

leave a comment »

Génie scandaleusement ignoré par beaucoup trop de gens, Simon Joyner continue son petit bonhomme de chemin, sans faire de bruit. Ceux qui savent ne cherchent plus qui est le Bob Dylan du 21ème siècle tant la réponse parait alors évidente. Auteur de chansons aux textes souvent longs comme le bras, Joyner projette son écriture aussi détaillée qu’hallucinée sur une musique parfois bancale, souvent mal chantée. Réduire le natif d’Omaha à la seule qualité de ses textes serait largement injuste cependant : entre pur lo-fi (The Cowardly Traveller Pays His Toll, Iffy) et folk lumineux (Hotel Lives, Lost With The Lights On) en passant par un melting-pot digne de Neil Young (Skeleton Blues), la discographie de Simon Joyner recelle de trésors plus que recommandables. On ne doute d’ailleurs pas que Out Into The Snow, prochain album à sortir le 15 septembre chez Team Love saura une nouvelle fois nous ravir.

Mp3 : Simon Joyner – Roll On

Si il aura été dur de choisir un album plus qu’un autre, c’est finalement Hotel Lives qui aura emporté le morceau, le choix étant largement du à l’incroyable Geraldine de neuf minutes en cloture, véritable démonstration de songwriting, aussi subtiles qu’intelligente. How I Regret That I’ve Done Wrong donnera quant à lui des frissons aux fans de Will Oldham.

Album : Simon Joyner – Hotel Lives

Et pour finir en beauté, un superbe live guitare – batterie enregistré en soundboard et contenant quelques titres de Out Into The Snow

Setlist :

01 Intro

02 The Arsonist

03 If I Left Tomorrow

04 Sean Poli’s Blues

05 I Wrote A Song About The Ocean

06 Flowers On Her Birthday

07 Roll On

08 I Will Find You

09 The Passenger

10 Joy Division

Live : Simon Joyner – Iowa City 22.11.2008

Publicités

Written by grampish

2009/07/01 at 06:17

Publié dans Musique

Tagged with

The late afternoon makes the warmth withdraw like a dive bell sinks

leave a comment »

Plutôt axé sur l’électro, le festival lyonnais des Nuits Sonores n’oublie pourtant pas le rock & roll et proposait une affiche assez solide ce vendredi 22 Mai : entre Holly Golightly, Chrome Cranks, The Drones et Boss Hog, l’électricité allait être à l’honneur.

Je ne vais pas vous cacher que j’étais à ce concert en très grande partie pour voir encore une fois The Drones. Il aura tout de même fallu attendre deux heures du matin pour les voir prendre la scène d’assaut. Petit malaise en début de set avec un Gareth Liddiard parti dieu sait où au moment où le groupe s’appretait à jouer. Rien de bien grave au final, le quatuor australien aura une nouvelle fois réussi un superbe tour de force… devant une cinquantaine de personnes ! Le concert des Chrome Cranks, pourtant pas très convaincant, avait pourtant ramené une large foule. Gageons que ce sont l’heure tardive et le concert de Cut Chemist qui auront été fatals aux australiens.

Qu’à cela ne tienne, les présents auront apprécié à sa juste valeur ce concert, qui n’aura duré que quarante cinq minutes au lieu de l’heure initialement prévue. On aura pu apprécier la puissance sur scène des morceaux d’Havilah, notamment un Nail It Down qui prend toute son ampleur, sans oublier l’écrasant Minotaur. Le back catalogue aura été lui parfaitement représenté par Six Ways To Sunday ou encore l’impérial Shark Fin Blues.

Il ne reste plus à espérer que le groupe reçoive un accueil plus chaleureux à Barcelone pour Primavera, histoire que le concert ne nous frustre pas avec une amputation d’un quart d’heure.

Setlist :

01 Nail It Down (Havilah)

02 Oh My (Havilah)

03 The Minotaur (Havilah)

04 Six Ways To Sunday (Here Come The Lies)

05 Shark Fin Blues (Wait Long By The River And The Bodies Of Your Enemies Will Float By)

06 She Had An Abortion That She Made Me Pay For (The Miller’s Daughter)

07 I Don’t Ever Want To Change (Gala Mill)

Live : The Drones – Lyon 22.05.2009

Written by grampish

2009/05/25 at 00:21

Publié dans Musique

Tagged with

Fountain Of Youth

with one comment

The Eternal est sans conteste un des disques les plus attendus de l’année. Premier disque chez Matador, retour chez une structure indé, Mark Ibold en renfort , tout ca… C’est bien beau mais est-ce que ça suffit à nous faire un album ? Bien sûr que non. Heureusement, les titres de The Eternal font le reste du job. Si il n’y a pas vraiment de titre à mettre en avant après une première écoute, on sait déjà que l’ensemble tient rudement bien la route. Sonic Youth a surtout eu la très bonne idée de croiser ses voix, et l’essai inédit Kim Gordon – Lee Ranaldo est plutôt convaincant. La preuve :

Ca n’allait évidement pas suffire, du coup :

Album : Sonic Youth – The Eternal (Lien supprimé)

Pas de place au doute, Sonic Youth n’est toujours pas parti pour nous décevoir. Le merveilleux Massage The History en fin de disque, mix parfait du classique Sonic Youth bruyant sans trop en rajouter et des guitares du dernier Thurston Moore ouvre de bien belles possibilités par la suite. Forver Youth !

Edit : Le Websherif semblant ne pas trop apprécier la mise en ligne de The Eternal, voilà quatre titres enregistrés chez Jools Holland (incluant le What We Know sur la vidéo ci-dessus) :

Live : Sonic Youth – Later with Jools Holland

Written by grampish

2009/05/02 at 01:59

Publié dans Musique

Tagged with

Two thousand years below the sea moves like a blinking eye

leave a comment »

Wye Oak vient d’annoncer la sortie de son second album, The Knot, pour le 21 juillet prochain, chez Merge Records. Ceux qui ne connaissent pas ce duo de Baltimore passent à côté d’un secret il est vrai bien défendu, mais terriblement précieux. Capable de ballades des plus aériennes comme de parfaites saillies pop, ça n’est pas faire injure au duo que de le comparer dans l’esprit à Yo La Tengo. Déjà repéré sur les nombreux lives du groupe qui trainent sur la toile, Take It In incite à l’optimisme quant à la tenue de ce futur album…

Mp3 : Wye Oak – Take It In

Un rapide coup d’oeil au tracklist se veut rassurant puisqu’on retrouvera le fabuleux Mary Is Mary en sixième position. Petite démonstration des capacités de ce morceau :

Pour finir en beauté, l’excellent If Children, premier album du groupe.

Album : Wye Oak – If Children

Written by grampish

2009/04/17 at 15:37

Publié dans Musique

Tagged with

All you want to do is be a part of the fire

leave a comment »

Le retour discographique de Bill Callahan, Sometimes I Wish I Were An Eagle, est prévu pour le 14 avril, une nouvelle fois chez Drag City. Si on ne peut qu’espérer que celui-ci redresse la barre d’une carrière post-Smog mal engagée, le premier titre extrait du disque, Eid Ma Clack Shaw (!?) se veut rassurant sur l’état de forme de ce bon vieux Bill.

Mp3 : Bill Callahan – Eid Ma Clack Shaw

Pour patienter, voilà un concert enregistré au ATP Festival australien de janvier dernier, avec, dans le rôle des guest stars, Mike Turner et Jim White, soit The Tren Brothers ou encore les deux-tiers du Dirty Three. Abandonnant les vieilleries (seul Cold Blooded Old Times aura résisté) , Callahan se concentre sur son magnifique A River Ain’t Too Much To Love et Woke On A Whaleheart.  Accompagnées par les deux célestes australiens, les chansons prennent une nouvelle dimension et nous font ardement saliver : après avoir singé The Greatest de Cat Power sur Woke On A Whaleheart, on se prend à rêver du jour où Bill Callahan nous offrira son Moon Pix.

Setlist :

01 Vessel In Vain (A River Ain’t Too Much To Love)

02 Our Anniversary (Supper)

03 Diamond Dancer (Woke On A Whaleheart)

04 Sycamore (Woke On A Whaleheart)

05 Cold Blooded Old Times (Knock Knock)

06 Rock Bottom Riser (A River Ain’t Too Much To Love)

07  In The Pines (A River Ain’t Too Much To Love)

08 Let Me See The Colts (A River Ain’t Too Much To Love)

Live : Bill Callahan – Mount Buller 09.01.2009

Les trois même jouant Say Valley Maker, le grand absent de la setlist d’ATP :

Written by grampish

2009/03/27 at 17:18

Publié dans Musique

Tagged with , , ,

We don’t think we’re special sir, we know everybody is

leave a comment »

The Body, The Blood, The Machine m’a mis une telle claque que je pensais ne pas m’en relever de sitôt. Le nouvel album des Thermals, Now We Can See, est finalement la meilleure antidote à cet enchainement de tubes imparables. Porté par un single pourtant acrocheur, Now We Can See, le groupe (toujours réduit à l’état de duo en studio) a voulu calmer un peu le jeu, comme pour mieux nous ménager. Ce qui n’empêche pas qu’on tombera une nouvelle fois dans la combine, et avec le sourire. Maîtrisant sa pop punk-rock sur le bout des doigts, Hutch Harris et Kathy Foster livrent un disque certes moins immédiat que son gigantesque prédécesseur, mais qui risque fort de ne pas laisser indifférent, à l’image par exemple, du superbe At The Bottom Of The Sea. The Thermals ? « It’s not what I want, it’s what I need ».

Album : The Thermals – Now We Can See

Impossible de parler de ce groupe sans vous faire profiter de l’hilarante vidéo du devastateur Returning To The Fold, tiré de The Body, The Blood, The Machine :

La même, mais sur un toit :

Written by grampish

2009/03/19 at 17:13

Publié dans Musique

Tagged with

When you call me I won’t be home…

leave a comment »

En tombant par hasard sur une magnifique vidéo de The New Year (je ne m’en lasse pas), le crépusculaire The End’s Not Near, joué lors de la dernière tournée européenne du groupe, à Utrecht, Belanov s’est rappelé à ma (bonne) mémoire. La première partie ce soir-là assume tout au long de son premier album, Paragraph, des inspirations pas très éloignées de celles des frères Kadane. Une belle révélation où l’on croise guitares feutrées et toujours classes, voix blanche et section rythmique minimale. Belanov en impose, en douceur.

l_d8aaa4c5c04445f0b1eb3d8884f67bac1

Album : Belanov – Paragraph

Les vidéos du concert à Utrecht :

BelanovUntitled

The New YearThe End’s Not Near

Written by grampish

2009/03/19 at 16:26

Publié dans Musique

Tagged with ,